Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Interview de Nicolas Robineau : SEO et éditeur de sites (et pas que pour sa belle-mère)

17/11/2015
Nicolas Robineau

Nicolas Robineau fait maintenant partie du paysage du référencement français. Un référenceur dont le mot d’ordre tient en un mot : s’éclater ! Quand amusement rime avec référencement …

Nicolas qui es-tu ?

J’étais référenceur en Agence de 2008 à 2012. En parallèle je faisais 2-3 bricoles pour des clients en tant qu’auto-entrepreneur.

Nicolas RobineauAprès 3 ans passé à être auto-entrepreneur « associé », nous avons décidé avec mon ami Simon Richomme de lancer notre SARL Studioclick en août 2015 pour continuer notre activité d’éditeur de sites. Notre travail consiste à identifier des niches, créer des sites internet , les positionner et monétiser l’audience.

Pourquoi, après pas mal d’années de pratique, tu fais toujours du SEO ?

Parce que ça marche toujours ! Aujourd’hui sur notre site principal tirage-gagnant.com, un portail de jeux d’argent et principalement de loteries, on est toujours à 60% de trafic Google.

Maintenant, il va falloir que je me bouge pour me mettre aux réseaux sociaux ; mais aujourd’hui, clairement, les rankings sont là, ça marche toujours donc… je continue 🙂

Comment décrirais-tu la « marque de fabrique Robineau » ?

Je ne suis pas du tout un développeur. Je rédige, mais je suis pas non-plus Molière. J’ai une expertise sur Google actu, j’avais fait des conférences au SEO Camp notamment, ça marchait vraiment très bien, on a bien déliré notamment avec un site que j’avais à l’époque sur la thématique du Smartphone.

Et depuis, avec tirage gagnant, on essaie faire du SEO vraiment propre pour arrêter de trembler à chaque mise à jour des algos de Google. On s‘est pris par le passé du Panda et du Penguin, parce qu’on faisait du sale et rapide.

Du coup, pour avoir quelque chose de pérenne, on entretien de bonnes relations avec la presse. La « pate Robineau », c’est donc le netlinking propre via la presse et Google actualités.

Est-ce que tu as des mentors ?

J’ai un parcours très classique dans le référencement : j‘ai commencé avec le bouquin d’Olivier Andrieu, et j’ai passé pas mal de temps sur Web Rank Info.

Comme beaucoup d’autodidactes, j’ai d’abord beaucoup bidouillé dans mon coin ; et c’est avec la lecture de « Réussir son référencement web » de Olivier Andrieu que j’ai vraiment pris conscience que c’était un métier.

Pour Google actu, ce serait clairement Virgine Clève (« Café référencement« ), qui m’a donné envie et qui m’a mis le pied à l’étrier.

Des études avant tout ça ?

Un bac ES…. Je me suis perdu en faculté d’Histoire. J’ai fait « une saison ». Puis une « demie saison » d’informatique (en fait c’était pas du tout pour moi). Ensuite j’ai eu mon poste sur Bordeaux en CDI.

Pour l’anecdote, je l’ai obtenu grâce à un site qui s’appelait crise-economique-2008.com 

Il se positionnait 4ème sur le mot clé « crise économique ». Je faisais de la repompe de contenus variés… j’ai balancé ce site comme référence à l’entretien, et ils m’ont embauché.

Conseils pour les entreprises : internaliser ou externaliser le SEO ?

Clairement : internaliser. Quand tu commences à faire du business, il faut avoir sa propre équipe SEO (bon au début, l‘équipe, c‘est toi). Par contre, pour soi-même se perfectionner en tant que référenceur, c’est bien de passer en agence.

Du coup, si j’étais une entreprise, je chercherai à recruter quelqu’un qui est passé en agence et qui du coup a pu toucher à plein de leviers SEO différents.

Que penses-tu de l’étude annuelle de Moz sur les critères SEO ?

Ces études ont surtout le mérite d’exister. Je pense que le moteur US est très différent du moteur français. Par exemple, aux Etats-Unis, des acteurs pouvaient voir de vrais effets des +1 et des partages google +, chose qu’on n’a quasiment jamais pu mesurer en France.

Donc ces études américaines ont peut être moins de valeur pour nous. J’y jette un œil, mais je ne suis pas bluffé… ça sert à souder la communauté autour d’un référentiel cohérent.

Tes projets à venir ?

On souhaite s’internationaliser, voir comment ça réagit en créant de nouvelles langues sur notre site principal, mais aussi créer de nouveaux sites dans pleins de thématiques différentes. Il y a de quoi s’amuser !

On avait prévu 120KE de CA sur le premier exercice, on aimerait bien le doublier ou le tripler d’ici 2 ans… Après, on privilégie pas mal les vacances aussi donc…

Que penses tu d’Optimiz.me ?

A mes heures perdues, j’essaie de faire du référencement pour ma belle-mère. Moi, je fais un peu mais je peux pas tout faire. Le rôle d’éducation, d’apprentissage est vraiment lourd.

Votre outil permet de résoudre ce problème là, en permettant aux gens d’apprendre tranquillement à travailler leur SEO, en fonction de leur propre plateforme à elles (CMS).

En fait, Optimiz.me, c’est aussi le référencement pour ma belle-mère ! 😉

Pour suivre Nicolas Robineau et son actu : @eseoref

  • La patte et le franc-parler de Nicolas sont toujours appréciables. En tout cas il a déjà un beau parcours qui donne beaucoup d’idées et d’envies.
    Au plaisir de le revoir lors d’un prochain événement SEO.

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé
Share
Tweet
Share
+1