Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Les enjeux pédagogiques des formations en référencement

Le message central d’Optimiz.me est que le référencement doit être internalisé par les entreprises, au moins en partie. Nous souhaitons donc démocratiser le SEO en le transformant en « pratique normale » dans les entreprises.

Pour cela, nous travaillons sur :

. Le logiciel Optimiz.me, qui sert de base aux entreprises pour mener leur stratégie de référencement tout au long de l’année.

. Les formations en référencement (SEO), pour lesquelles nous avons une approche très particulière, basée sur l’entrainement et non uniquement sur la transmission.

. Le guide du référencement, livre de synthèse co-écrit avec Olivier Andrieu.

 

Comment transmettre ?

Dans le cadre de la conception du logiciel Optimiz.me, qui génère des guides personnalisés en fonction du site du client, nous avons conçu des centaines de vidéos et de guides « étape par étape ». Au quotidien, nous expliquons à nos clients, via les formations et les prestations personnalisées, les grands principes du référencement naturel.

Nous avons identifié 4 enjeux essentiels :

  • ne jamais utiliser un terme technique si celui-ci n’a pas été explicité au préalable
  • avoir une approche concrète : que dois-je faire, clic par clic, pour travailler le SEO de mon site ?
  • pratiquer plutôt que deviser
  • proscrire le « si vous avez des questions, n’hésitez pas »

 

1. L’utilisation des termes techniques

Nous entendons souvent dire, à la fin de nos conférences d’initiation, ou de nos cours dispensés à l’Université, que nous arrivions à être particulièrement clairs sans utiliser de termes techniques.

En réalité, quand nous faisons le bilan, nous nous rendons compte que nous utilisons de nombreux termes techniques. Simplement, nous les explicitons toujours de façon simple, imagée, parfois humoristique, afin de les désacraliser, de les rendre palpables et presque évidents.

Nous favorisons les moyens mnémotechniques. Il faut savoir « amener » le fait qu’un terme technique va être annoncé, par exemple  en le théâtralisant : « Qui parmi vous a déjà entendu parler de la balise Title» ? En général, un ou deux doigts timides se lèvent dans l’assistance.

Pourtant, 100% d’entre vous clic quotidiennement sur des balises Title. Vous êtes des serial cliqueurs et serial liseurs de balises Title, puisque, quand vous lisez des résultats de recherche de Google, vous lisez en réalité les balises Title des pages que Google vous présente, les unes en dessous des autres.

En même temps que nous prononçons ces phrases, nous montrons sur le grand écran une page de recherche :

balise title

 

Avec cette légère pirouette un brin provocatrice, nous encrons dans l’esprit des gens le fait que :

  • la balise Title ne doit pas être quelque chose de compliqué puisqu’ils la connaissent déjà ;
  • la balise Title est ce que j’utilise au quotidien pour choisir sur quel résultat cliquer dans Google, donc il faut bien soigner sa rédaction…

… et c’est déjà beaucoup.

 

Pour nous assurer que la notion va être mémorisée, nous faisons appel à 4 grands réflexes de mémorisation :

  • La mémoire auditive car, en ayant rompu toute monotonie de discours, nous avons capté l’attention de l’auditoire.
  • La mémoire visuelle avec un schéma ultra-simple.
  • La partie droite du cerveau, sensible à l’humour, aux émotions.
  • La partie gauche du cerveau, plus rationnelle, sensible aux habitudes et donc au fait de montrer que la balise Title fait déjà partie de la vie de chacun. Rassurer l’hémisphère gauche est un point important pour tranquilliser l’apprentissage.

 

2. Avoir une approche concrète : que dois-je faire, clic par clic, pour travailler le SEO de mon site ?

Cette démarche commence lorsque nos prospects viennent nous voir pour un besoin SEO. Notre approche consiste à leur expliquer les grands problèmes que nous pouvons desceller au premier coup d’œil sur leur site. Par exemple, si nous voyons qu’il manque des pages pensées pour se positionner sur des mots clés importants pour leur activité, nous leur expliquons la démarche intellectuelle à mener pour le choix de ces mots-clés :

. Vous avez une page qui présente votre activité : vous louez des salles pour des événements sur Lyon.

. Mais pour générer plus de trafic sur votre site, vous devez aussi parler de « salle de conférences », de « salle des fêtes » et de « salle de mariage ».

. Pour Google, le mieux est que vous ayez une page de votre site qui est spécialisée pour chaque mot clé : une page pour « salle de conférence », une page pour « salle des fêtes », une page pour « salle de mariage ».

. Du coup, il faut que vous trouviez tous les mots-clés décrivant votre activité, et que vous rédigiez une page pour chaque mot-clé.

 

Cette méthode pédagogique est différente d’une approche qui consisterait à dire au client : « vous n’avez pas assez de mots-clés », ou « vous n’avez pas assez de contenu ». Sans avoir une rigueur méthodologique progressive, le client ne peut pas comprendre les tâches concrètes et précises à réaliser sur son site web.

 

Toute la pédagogie des formations référencement d’Optimiz.me est basée sur cette progressivité et cette approche concrète : le client va pouvoir comprendre, étape par étape, que le référencement n’est qu’une suite d’actions logiques et répétitives, qui amènent le site à compléter progressivement le plus possible de critères positifs aux yeux de Google.

 

3. En formation : pratiquer concrètement le référencement de son propre site

C’est certainement l’innovation majeure des formations au référencement naturel conçues par Optimiz.me.

À la suite des 2 jours de formation théorique, nous proposons aux stagiaires de poursuivre sur 2 jours de pratique concrète, où chacun va être mis en situation de travailler sur le référencement de son propre site… Et cela entraîne plusieurs différences majeures :

 

. Le stagiaire entre tout de suite dans le vif du sujet : on évite ainsi l’écueil du stagiaire qui, de retour dans l’entreprise, a l ‘impression que le référencement est une tâche si immense qu’il va finalement la repousser… jusqu’à ne plus se souvenir de ce qu’il a appris pendant la formation (cas très répandu).

 

. Le stagiaire va faire appel à une autre partie de son cerveau, ce qui renforce ses capacités de mémorisation : après avoir surtout fait travailler la mémoire auditive et visuelle, on va pouvoir entrer dans la mémoire qui « ancre » réellement les savoirs : celle de la répétition. Passer au concret va permettre de former des souvenirs qu’il n’est pas possible de créer avec la simple partie théorique : des textes sur un fichier word, des clics à l’intérieur d’un CMS (système de gestion des contenus des sites internet), des échanges avec les formateurs, des comparaisons avec son voisin qui va plus vite/moins vite/fait différemment ; des erreurs corrigées par les experts présents sur place… La capacité de mémorisation n‘est pas doublée, mais multipliée par 5, 6, 10… selon les personnes.

 

. Le stagiaire va pouvoir faire des erreurs et se rendre compte des éléments qu’il n’a finalement pas compris exactement comme il faut, ou sur lesquels il reste des zones d’ombre. L’erreur est la composante la plus essentielle de l’apprentissage. Et l’on ne peut déceler les lacunes qu’en mettant la personne à l’épreuve de la réalité.

 

. Le stagiaire va pouvoir se rendre compte des questions qu’il n’a pas posé mais qu’il aurait dû poser… Avec les remarques qui vont suivre sur le processus de question-réponse.

 

 4. « Si vous avez des questions n’hésitez pas »

Celui qui compte déclencher l’envie de poser des questions avec cette phrase fait une grave erreur : les questions ne viennent pas de la liberté d’en poser, mais de la contrainte de devoir réaliser quelque chose de concret.

En d’autres termes, terminer une formation en disant « vous avez toute liberté de me poser des questions » suscitera beaucoup moins d’interrogations chez les stagiaires que de ne rien dire et de les faire travailler sur une mise en pratique des avoirs dispensés dans la journée…

 

Une formation qui ne permettrait pas cette mise en pratique serait donc plus confortable pour le formateur, mais tellement moins utile pour les stagiaires… De là la nécessité, pour le formateur, de sortir de sa zone de confort. Mais ça, c’est une autre histoire…

 

Articles similaires :

 

 

 

 

 

 

 

 

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé