Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Liker or not liker, that is the question !

21/11/2013
Sans titre (36)

Liker une publication sur Facebook relève de la liberté d’expression qui, en tant que telle, est protégée par la Constitution des Etats-Unis.

L’affaire semblait être des plus banales. En l’espèce, un ancien shérif adjoint de Hampton, une ville située dans l’Etat de Viriginie, avait liker une page Facebook du concurrent de son chef alors en campagne pour occuper le poste tant convoité. Le bougre n’aurait pas dû ! Il fut aussitôt renvoyé. Mais il décida de ne pas se laisser faire, et contesta son limogeage. Sans rentrer dans les détails de la procédure qui assurement ne passionera personne, les juges ont considéré que like était  « l’équivalent sur Internet du fait d’afficher un signe à caractère politique devant chez soi, ce que la Cour suprême considère comme un discours à part entière ». En d’autres termes, le like est protégé, et ce pauvre shérif adjoint ne pouvait pas légitimement être sanctionné pour avoir exercé une liberté fondamentale, proclamée par la constitution de son pays, à savoir la liberté d’expression.

Il n’en fallait pas moins pour revenir sur la place des réseaux sociaux, et l’influence qu’ils jouent dans notre vie quotidienne. Nous jouissons tous de la liberté d’expression, et les réseaux sociaux ont largement contribué à libérer la parole. Les internautes s’expriment sur les réseaux sociaux sans aucun contrôle, et c’est très justement ce qui pose problème.

Prenons l’exemple de l’affaire du bijoutier de Nice. Il ne s’agit que d’un fait divers. Et pourtant, quel bruit a-t-elle produit sur la toîle ?! Une page facebook a été créée à son éfigie, et chacun pouvait déverser sa haine et liker.

Sans entrer dans un débat sans fin sur les limites de la liberté d’expression, ce que ce genre d’affaires peut nous enseigner, c’est surtout à prendre du recul, et à être conscient de la puissance du Web. Une fois qu’un propos est tenu quelque part sur un quelconque réseau social, le retirer relève de l’impossible (sauf peut être pour les cracks en informatique).

En somme, il faut être prudent sur Internet, être économe en texte, et réfléchir plusieurs fois à ce que l’on s’apprête à publier, car les conséquences peuvent être incontrôlables et fâcheuses.

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé
14 Shares
Share13
+11
Tweet
Share