Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Pour plaire à Google, connectez-vous au cerveau de vos prospects 

13/05/2015

Vos prospects vivent leur vie. Comme tout un chacun, ils travaillent, reviennent chez eux, vont voir des amis, font des câlins à leur conjoint, partent en vacances, et vont faire les courses. Dans ce grand emploi du temps, vos prospects intercalent de temps à autre une petite virée sur le web. Et c’est lors de ces escapades virtuelles que vous espérez les capter, pour que ces personnes, fort sympathiques au demeurant (ou pas), ne se cantonnent pas au simple statut de prospects, et deviennent des clients.

Google vous espionne… espionnez Google !

Mettez-vous à leur place… Le temps qu’ils consacrent au web n’est pas la partie de plaisir qu’on veut bien imaginer.. Retraçons donc leur parcours sinueux pour tenter de trouver les raisons qui pourraient bien les amener à devenir vos clients.

Tout d’abord, votre prospect ouvre son firefox, son safari, son chrome, ou, s’il est motivé, son internet explorer. Par un réflexe devenu pavlovien, il tape alors google.fr dans son navigateur. Et c’est là que les difficultés commencent.

A partir du moment où le prospect se trouve devant l’impassible moteur de recherche -(qui ne lui veut que du bien), et qu’il cherche à s’offrir un bien ou service faisant partie de votre offre, son cerveau va lui dicter un comportement qui va dépendre :

  • De son humeur du jour : a-t-il la motivation d’écrire un mot-clé long (exemple : acheter un four micro-onde pas cher) dans le moteur de recherche ou la flemme va-t-il le porter à écrire un mot-clé plus court (« micro-onde »)
  • De son histoire : a-t-il déjà une connaissance des marques existantes ? Des fonctionnalités habituelles ? Si oui, il pourra taper : « four micro-onde Samsung » ou « four micro-onde programmable » etc…
  • De ses habitudes de consommation : souhaite-t-il faire un comparatif ? « Comparer micro-onde » « quel est le meilleur micro-onde ? »
  • De degré de « moutonisme » : Eh oui, aujourd’hui, quand l’internaute commence à taper quelque chose dans la barre de recherche Google, le moteur lui suggère la fin de ses phrases :

Vous me voyez venir ? Si oui, passez directement au paragraphe suivant (allez hop, circulez, y’a rien à voir). Si non, ouvrez vos chacrats, on va vous donner un petit peu de travail…

Comment le cerveau de vos prospects doit influencer la structure de votre site web

Pour bien vendre votre micro-onde, vous allez devoir vous mettre dans la peau de chaque internaute, ou en tout cas de chaque typologie de cerveau d’internaute. Google vous revaudra cela au centuple. Notre moteur de recherche préféré a en effet basé son approche sur le fait de délivrer l’information exacte recherchée par l’utilisateur.

Pour cela, le moteur va regarder (en gros) 3 choses :

  • Votre page aborde-t-elle le sujet ? Si oui, c’est déjà pas mal, vous postulez pour les 100 premiers résultats. Aborder le sujet signifie que le terme de recherche (par exemple : four micro-onde pas cher) sont présents dans votre page, ou que les formulations que vous utilisez montrent que vous abordez le sujet « par extension » : « comment payer moins cher son micro-onde » par exemple.

 

  • Votre page aborde-t-elle ce sujet, et exclusivement ce sujet ? Si oui, vous pouvez postuler au top 10. L’idée, c’est que si vous évoquez un comparatif de micro-ondes, vous devez alors vous cantonner à ce comparatif, et ne pas chercher à vous positionner sur une autre typologie de requête. Google vous positionnera mieux si vous êtes un spécialiste de la question soulevée par l’internaute. Plus votre propos sera étayé, plus vous serez en mesure de renvoyer cette image de « spécialiste ». Utilisez tout le champ lexical du sujet que vous abordez. Par exemple, pour « comparatif micro-onde », repérez les mots les plus significatifs de la notion de comparaison : guide d’achat, comparer, conseil. Notez qu’Optimiz.me propose un outil de suggestion de champ lexical, qui vous permet de repérer le champ lexical complet qui entoure un mot-clé donné.

 

  • Votre page est-elle entourée d’autres pages abordant ce même sujet ? Si oui, vous pouvez postuler au top 3…. Sauf si les autres ont fait comme vous en mieux… Là, vous devez penser « structure de site ». Prenez la page « acheter un micro-onde ». Sur cette page, l’utilisateur peut acheter un mico-onde, comme son nom l’indique… Ça parait bête, mais ce qui va de soi va mieux en le disant (comme on me l’enseignait jadis à la fac de droit, mais là je m’égare).

Par exemple, vous rédigez et publiez sur votre blog les 5 articles ci-dessous :

  • Comment choisir un micro-onde
  • Le top 10 des meilleurs micro-ondes du moment
  • Les meilleurs et les pires usages du micro-onde
  • Ma maman m’a dit qu’un micro-onde, c’est dangereux. Vrai ou pas vrai ?
  • Petite histoire illustrée du micro-onde en France.

Chacun de ces articles traite un sujet intéressant pour les internautes. Mais surtout, il faut que chacun d’entre eux fasse un lien vers la page principale « acheter un micro-onde ». Pour renforcer leur autorité sémantique, vous pouvez inclure des liens vers d’autres articles intéressants et faisant autorité qui appuient votre discours et peuvent avoir été de bonnes sources d’information pour vous.

Enfin, pour couronner cette construction d’un joli cocon sémantique (c’est le terme à la mode pour désigner la construction de pages liées « lexicalement » les unes aux autres), si vous obtenez un ou deux liens vers votre page « acheter un micro-onde », de la part de pages situées sur d’autre sites, qui abordent exactement le même sujet que vous, les résultats n’en seront que bien meilleurs encore !

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé
0 Shares
Share
Tweet
Share
+1