Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Section 6 : la surprise

17/04/2015
dialogues

       Il était presque huit heures quand Peter atteignit l’angle de Kearny Street et de Colombus Avenue. En nage, il déposa son vélo contre l’un des parcmètres de la rue. Bon sang, que ça avait été dur… Tout au long du trajet, il avait eu le sentiment que son ventre ballottait devant lui et que la selle s’enfonçait entre ses fesses. Fichus kilos en trop… Bordel ! Ses derniers joggings ne remontaient quand même pas au déluge… Mais peut-être que si après tout. En témoignait son t-shirt, transformé en éponge à sueur. Il avait bien fait de partir tôt.

            Peter attacha son vélo à l’aide d’une chaîne et d’un cadenas qu’il sortit de son sac. Puis il regarda autour de lui. Le Cafe Zoetrope se trouvait en face d’un hôtel et d’un spa. Et il y avait bien cet immeuble au dessus. Le Majestic Sentinel Building, Peter s’en souvenait à présent. L’endroit n’était pas désagréable, mais à cette heure-ci la circulation était particulièrement dense. La fin de la balade à vélo n’avait pas été particulièrement joyeuse.

            Peter se sentait excité, mais aussi vaguement apeuré. Il n’avait aucune idée de ce qu’il allait trouver dans ce bar. Et à dire vrai, il n’avait jamais rien fait de très excitant dans sa vie. Un rendez-vous avec un inconnu dans un bar… C’était amplement suffisant pour le retourner. Il se demandait encore ce qu’il faisait là. Et si c’était une blague ? Un coup monté par quelques uns de ses cons de collègues “ficheurs”, free-lance comme lui, avec lesquels il partageait parfois un verre ? Alors Peter, tu l’as gobée cette histoire de développement 2W ? On t’a bien eu hein ?  Il passerait pour un sacré con. Il était encore temps de faire demi-tour.

            Mais non. Il avait accepté l’étrange rendez-vous de l’homme mystère. Il irait jusqu’au bout. Il jeta un coup d’œil à son vélo, puis se décida à traverser la rue. Devant lui, l’établissement affichait sa devanture verte et rouge. Le nom Cafe Zoetrope s’étalait en lettres d’or sur la toile du store. Peter entra. L’intérieur était élégant. Le bar était orné d’un miroir entouré de boxes dans lesquelles se trouvaient des bouteilles de vin. D’autres bouteilles étaient disposées sur des étagères et des présentoirs autour des tables. Au fond, un serveur en habit blanc et noir servait un couple de personnes âgées. Peter avança de quelques pas. Il vit que plusieurs tableaux ornaient les murs. Ce n’était pas dans ce type de bar qu’il avait l’habitude de boire des coups, ça non…

Il y régnait une ambiance très européenne. Peter s’imaginait que ce genre d’établissement était la norme outre-Atlantique. Il fit quelques pas de plus. Sur sa gauche, il aperçut un autre client qui lisait son journal. Son téléphone portable, un E-Phone, était posé sur la table devant lui. Le client attendait probablement qu’un serveur vienne enregistrer sa commande. Il émanait de la cuisine une odeur délicieuse aux parfums du sud. Italien, probablement. Peter eut un instant la tentation d’aborder le client masqué par son journal. Ce devait être lui.

            C’est vous ? L’homme mystère ?

            Le gars abaisserait son journal, découvrant un visage jeune, orné d’une petite barbe et de lunettes de geek. Il lui sourirait.

            Ouais mon gars, tu viens de frapper à la bonne porte. Assieds-toi, je te paye un verre, et parlons un peu de ce logiciel…

            Mais avant que Peter fasse un pas de plus, une main se posa sur son bras. Il tressaillit et se retourna d’un bon. Une jeune femme rousse se tenait en face de lui. Elle était installée à la table qui faisait l’angle avec la porte. Peter ne l’avait pas remarquée en entrant dans le bar.

–       B… Bonjour.

            Elle lui sourit. Il la trouva diablement belle.

–       Bonjour Monsieur Do Santos. Peter, c’est bien ça ?

            Il acquiesça et prit conscience une seconde plus tard qu’il devait avoir l’air stupide. Mais elle ne cessa pas de lui sourire pour autant.

–       Si vous cherchez “l’homme mystère”, vous venez de le trouver. Vous voyez, je porte du vert, comme lui. Je n’ai juste rien trouvé avec des motifs en points d’interrogations. Voulez-vous… ?

            Elle lui désignait le siège en face d’elle. Il eut une seconde d’incompréhension, puis s’assit un peu gauchement.

–       Vous n’êtes pas… un homme.

            Il rougit aussitôt de sa remarque. Mais elle se mit simplement à rire.

–       Vous êtes un observateur subtil Peter. Je vois que nous ne sous sommes pas trompés.

            Il regarda brièvement autour de lui.

–       “Nous” ?

            Elle rit de nouveau.

–       Rassurez-vous Peter, nous sommes seuls.

            Et, en croisant les mains au-dessus de la table, elle ajouta :

–       Il n’y a que moi aujourd’hui pour vous parler du projet Sally.

(A suivre…).

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé
0 Shares
Share
Tweet
Share
+1