Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Section 9 : échec et Matt

07/05/2015
échec

Matthew Ives traversa Trenton Street au pas de course. Il ne craignait pas d’être rattrapé. Du reste, il n’était même pas certain que la fille ou le type aient tenté de le poursuivre (dans le doute, il n’avait pas jeté un seul regard en arrière… ne serait-ce que pour éviter de leur montrer davantage son visage).

            Cependant, mieux valait s’éloigner rapidement du Cafe Zoetrope. Les serveurs allaient sans doute prévenir les flics, si ce n’était déjà fait. Et Matt se voyait mal se justifier auprès de ces lourdauds de policiers municipaux. “Vous vous rendez compte que vous lui avez jeté une carafe à la figure ?” “Oui monsieur l’agent. Mais comprenez : je file cette dame depuis plusieurs semaines, et là, bêtement, je me fais repérer comme un bleu à cause de ce fichu portable. Il captait mal la conversation derrière le journal. Quand elle m’a vu, l’instinct a parlé, voyez-vous…”

            Mais échapper aux flics était une chose. Arranger cette affaire en était une autre. Matt savait qu’il lui fallait commencer par supporter l’engueulade de son employeur. Il n’avait aucune peine à imaginer la manière dont il serait reçu. Ni le ton suave et insupportable de son client… Mais il n’avait pas le choix.

            Il dépassa le bloc d’immeuble et obliqua à droite dans Powell Street. Il remonta la rue sur une trentaine de mètres et tourna de nouveau à droite dans une petite allée qui longeait une caserne des pompiers. Peu importait l’endroit. Seule la tranquillité comptait. Et cette allée échappait au bruit de la circulation. Matt prit le temps de respirer longuement. Il passa sa main dans ses cheveux gris. Puis il se décida à sortir son portable de sa poche et à composer le numéro. Il y eut trois sonneries. Puis une réponse.

  • Monsieur Ives. J’espère que vous m’apportez de bonnes nouvelles.

            Au bruit qu’il entendit, Matt devina que son interlocuteur quittait une réunion.

  • Pas vraiment.

            Il hésita une seconde, puis se lança. Mieux valait lâcher le morceau que tourner autour du pot.

  • Sarah Corbel m’a repéré. Elle a vu le portable avec lequel j’enregistrais sa conversation.

            Il y eut un silence. Très court.

  • C’est fâcheux.

            Matt retint un soupir.

            Le voilà le ton suave. Vas-y, lâche-toi connard…

  • Peut-être nous sommes-nous un peu avancés en vous confiant cette mission Monsieur Ives. Vos recommandations étaient excellentes mais… elles datent un peu.
  • Monsieur…
  • Vous me décevez Monsieur Ives. Je pèse mes mots. Et il ne s’agit pas seulement de ce soir. En un mois, vous n’êtes pas parvenu à localiser Berton.
  • Sarah Corbel finira pas me conduire à lui.

            Il y eut un nouveau silence, ponctué d’un soupir.

  • Peut-être l’aurait-elle fait si vous n’aviez pas été repéré. Comment comptez-vous la filer à présent ?
  • Elle n’a pas réellement eu le temps de voir mon visage…
  • … mais elle se sait suivie. Elle agira plus discrètement. Vous avez perdu…
  • … une bataille Monsieur. Une bataille, pas la guerre.

            Ce “Monsieur” brûlait les lèvres de Matt. Mais après tout, ce soir, il était clairement dans son tort.

  • Que suggérez-vous ?
  • Il y a ce type que Sarah Corbel a rencontré. J’ai entendu son nom. Il s’appelle Peter Do Santos. C’est un informaticien. Je le retrouverai, et c’est lui que je pisterai.
  • Et s’il ne la revoit pas ?
  • Il la reverra. Elle parlait de l’impliquer dans le projet qu’elle mène avec Berton.
  • Vous en savez plus ?

            Matt haussa les sourcils, surpris. La voix au bout du fil avait brusquement prix une intonation avide.

  • Pas vraiment Monsieur. Elle a appelé cela “le projet Sally”. Il m’a semblé qu’elle faisait référence à la création d’un logiciel, ou quelque chose de ce genre.
  • Sally dites-vous…
  • C’est ce que j’ai entendu.

            Matt aperçut un passant au bout de l’allée. Par réflexe, il recula dans l’ombre.

  • Vous pouvez continuer à me faire confiance Monsieur, continua-t-il en baissant légèrement la voix. Je vais trouver Berton. Tôt ou tard, Sarah Corbel et son nouvel ami me mèneront à lui.

            Son interlocuteur ne répondit pas immédiatement.

  • Ce que vous venez de m’apprendre est d’une importance cruciale, dit-il finalement.

De nouveau, Matt haussa les sourcils de surprise.

Eeeeeh bien… Tu te dérides mec !

  • Ce nom, “Sally”, c’est très évocateur. Et cela donne la mesure de ce que Berton envisage.
  • Puis-je demander ce dont il s’agit Monsieur ? Cela peut…

            Bon. Tu restes fidèles à toi même pauvre con.

  • Votre travail est de remettre la main sur ce Peter Do Santos et de remonter jusqu’à Berton. Rien de plus.

            Matt étouffa une réplique.

  • Très bien Monsieur.
  • Comment comptez-vous le retrouver ?
  • C’est un développeur et, si j’ai bien compris, un “ficheur”. Il a certainement un profil sur Everything.
  • Au besoin, utilisez les codes administrateurs que nous vous avons fourni pour trouver son adresse.
  • Entendu Monsieur.
  • A présent, veuillez m’excuser, ma présence est requise en réunion. Je vous saurais gré de ne pas me décevoir de nouveau Monsieur Ives.

            Il y eut un bip. Il avait raccroché.

  • Fils de pute.

            Matt rangea son portable dans la poche de sa veste. Il espérait bien pouvoir un jour dire à son client ce qu’il pensait de lui. Mais si Dieu le voulait, ce serait pour plus tard. A présent, il lui fallait mettre les bouchées doubles pour rattraper son échec de ce soir.

 (A suivre…)

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé
Share
Tweet
Share
+1