Nous rendons le référencement accessible

Votre compte formation

Votre compte formation vous permet d'accéder à la liste de vos formations ou pour vous pré-inscrire à de nouvelles

Félicitation,

Accéder au logiciel Optimiz.me

Se connecter au logiciel

Suis-je référenceur ou psychologue ? Les 2 mon général !

17/07/2014
seo ou psy ?

Cela fait deux fois que des clients fondent en larmes devant moi. Ils s’écroulent, sans crier gare, avec un naturel et une peine réellement déconcertante. Ayant été longtemps directeur d’un organisme de séjours pour enfants, j’ai eu l’habitude de gérer les émotions de tous : enfants, animateurs, directeurs, cuisiniers… Cela faisait partie de mon quotidien et de mes fonctions. En me lançant dans le webmarketing, je n’avais pas imaginé que cela allait se prolonger.

Je préfère écarter tout de suite les premières réflexions qui pourraient arriver à l’esprit de vous, lecteur : je ne suis pas un bourreau, un tortionnaire, ni un référenceur sadique. Je ne débarque pas chez mes clients en leur expliquant qu’ils sont nuls, qu’ils n’y arriveront jamais ou qu’ils devraient se mettre à la pétanque plutôt qu’à l’entreprise. Simplement, j’essaie d’impliquer et d’accompagner mes clients pour qu’ils deviennent de vrais chefs d’entreprises 2.0, aptes à comprendre les enjeux du référencement.

En général, cela se fait en plusieurs étapes. Tout d’abord, il y a la découverte, qui se solde par le découragement : ah bon, il faut faire toooouuuut ça pour gérer son référencement ? Mais comment vais-je trouver le temps ? Puis, il y a la remotivation : une fois le plan de bataille précisément établi, le client peut se lancer dans les tâches de référencement « on-site ».

Puis, viennent les premières impatiences. Un, deux, trois mois après avoir mis en ligne les premiers contenus et réalisé les premières optimisations, les progrès en termes de trafic sont timides. Ou, dans certains cas, le client refuse de les regarder, restant focalisé sur ses positions sur les mots-clés importants du plan de référencement. C’est cette période qui est la plus propice aux émotions. Les clients à cran, perturbés par la conjoncture, par leurs concurrents déloyaux, par leur sanction Panda ou Pingouin, ou encore par l’incroyable arrogance de ce référenceur qui leur dit d’attendre alors qu’ils doivent faire du chiffre tout de suite pour payer leurs charges.

« Dire la vérité », mot cher aux politiciens (paradoxalement)… Nous nous y tenons à chaque fois. Le client doit comprendre que les efforts en SEO payent sur le long terme, que Google ne fait pas de cadeaux pour leurs beaux yeux, et que même, parfois, certains résultats sont aberrants (qui n’a jamais vu un site sans contenu se positionner haut avec un profil de lien moisi ?…arghhhhhhhhhh !).

Alors la question qui se pose est la suivante : vais-je ouvrir un cabinet de psychologie à côté de mon agence SEO ?

Vais-je changer ma méthode pour avoir des clients moins informés et plus crédules ? Je ne pense pas. Faire de la psychologie, soutenir, rassurer, responsabiliser, garder le contact, faire preuve de pédagogie encore et encore, sont des tâches qui incombent au référenceur comme elles incomberaient à un manager d’équipe. Savoir parler à un client devrait faire partie de la formation de base de tout référenceur. Le référenceur doit comprendre que la technologie est anxiogène, que les mecs de Google, ces patrons du monde en jean-basket, peuvent être perçus comme incroyablement arrogants par les petits patrons de PME qui se dépouillent pour faire vivre leur activité et leurs salariés.

Nous devons nous départir de nos réflexes de « teckos ». L’autre fois mon associé et directeur technique s’imaginait demander à une cliente quel était son Template… De quoi provoquer une syncope pour cette dame qui ne maîtrise pour le moment qu’une liste de 10 mots en rapport avec l’informatique. Qui n’a jamais entendu ces « phrases de développeur » du type « ça marche pas mais c’est normal », ou « c’est bon j’ai viré le proxy vous pouvez y aller (aller où ? À la piscine ? Aux puces ?) ou encore « votre nom de domaine pointe vers les mauvaises DNS » ?

Alors oui certainement, le fait de vouloir rendre le référencement, et l’informatique en général, accessible à tous, peut créer chez certains clients une situation d’anxiété. Mais, comme toute expérience humaine, cette étape initiatique se solde toujours par une libération.

Mieux informé, le client prend ensuite de meilleures décisions; mieux éduqué, il est capable de gérer lui-même les éléments de communication web les plus réguliers et les plus simples (publications sur son site et en dehors par exemple). Les entrepreneurs et salariés qui passent cette étape sont ensuite beaucoup plus performants sur le web.

Le logiciel Optimiz.me a pour vocation d’accompagner :

Pour les personnes les plus autonomes, notre logiciel, ses explications, son souci permanent de la pédagogie et de la simplification sont suffisants ; d’autant plus que notre service client est rompu à l’écoute.

Pour les personnes souhaitant un accompagnement humain, notre offre « logiciel + consultant » ou « logiciel + formation » est certainement la plus adaptée. Nous souhaitons mettre de l’humain dans le référencement, de l’humain dans l’accompagnement et la pédagogie.

Vaste mission me direz-vous ?

Un projet souvent récompensé

Un projet souvent récompensé
Share
Tweet
Share
+1