Bien rédiger pour le web : 10 astuces

Environ 5 minutes de lecture

Vous voulez améliorer votre référencement web ? Vous vous demandez comment bien écrire pour le web ? Bien rédiger pour le web consiste à connaitre les techniques d’optimisation afin d’écrire un contenu qui sera trouvé et susceptible de bien se positionner dans les résultats de Google ET qui sera lisible, intéressant, informatif pour les internautes.

AVANT de rédiger :

Afin de rédiger pour le web et dans une optique SEO (répondre aux critères des moteurs de recherche), vous devez obligatoirement réfléchir à votre mot-clé principal (requête principale) AVANT de débuter la rédaction.

C’est uniquement à partir de cette étape préalable que vous serez en mesure de créer du contenu textuel de qualité, autant pour vos internautes que pour Google !

+150 positions de N°1 sur Google en 6 mois

VOIR L'ETUDE

1.Choisir sa requête principale

Toute la méthodologie de rédaction d’une page web sera basée sur le principe de 1 mot-clé principal = 1 page et 1 page = 1 mot-clé principal. Cela signifie qu’une page sera entièrement optimisée sur 1 mot-clé principal (c’est-à-dire sur 1 seule requête principale qui est à elle seule une thématique unique).

Il faut donc choisir un certain nombre de requêtes sur lesquelles vous souhaitez que les internautes vous trouvent.

Si vous déterminez 25 mots (ou expressions) stratégiques pour votre site, vous aurez 25 pages à rédiger ; si vous en avez 298, cela fera 298 pages à faire (avec bien sûr un planning prévisionnel sur plusieurs mois, voire plusieurs années pour les très gros sites).

NB : l’arbitrage pour prioriser se fera entre le potentiel (la RP est tapée par les internautes) et la faisabilité (la RP est-elle très concurrentielle ? puis-je me positionner rapidement dessus ?).

Exemple : si je choisis comme RP « gîte Alsace » pour mon site qui débute, je suis sur une RP très large et fortement concurrentielle.

Alors que si je précise et cible « gîte Obernai », je peux plus facilement/rapidement me positionner. En SEO cela consiste à travailler sa longue traine (travailler des RP plus ciblées et précises sur lesquelles se positionner).

Conseil : ne vous focalisez pas uniquement sur vos mots-clés génériques (et souvent ultra concurrentiels), pensez efficacité et ciblez d’abord des mots-clés plus précis (souvent des requêtes plus longues de 4 à 7 mots).


Comment choisir ses mots-clés principaux ?

Pas facile de se placer dans la tête des internautes pour imaginer sur quelles requêtes il est judicieux d’apparaitre. Avec de l’intuition et un bon brainstorming vous trouverez de nombreuses idées.

Attention : un peu de recul est nécessaire pour se mettre dans la peau des internautes. Ainsi, si vous êtes une célèbre marque de joaillerie et de bijoux de luxe, et que vous désignez une montre uniquement avec le terme « chronographe », sachez que ce n’est pas le cas des internautes…

Une astuce ? Un outil pour vous aider à trouver des idées de mots-clés : le planificateur Google Adwords (gratuit et accessible à toute personne possédant un compte gmail).

Une fois sur Google Adwords la procédure est la suivante : Outils/ Outil de planification de mots-clés/ Rechercher de nouvelles idées de mots-clés et de groupes d’annonces

Puis saisir votre produit ou annonce dans le champ et cliquer sur « Obtenir des idées » (avec un ciblage sur France et langue française, sauf si vous visez un marché international). Puis choisir l’onglet « Idées de mots-clés ».

Les recommandations de Olivier Andrieu :

  • Vous pouvez travailler des RP affichant entre 1000 et 8000 recherches mensuelles.
  • Au-delà de 8000 vous aurez beaucoup de concurrence, il vous faudra donc des liens (backlinks vers votre site) et plus de temps pour vous positionner.
  • En dessous de 1000 ce sont des RP à travailler seulement si elles correspondent à votre cœur de métier. Elles seront bien plus ciblées et apporteront donc moins de visite mais un bon taux de transformation.

NB : ne tenez compte que des 2 premières colonnes (termes de recherche et nombre moyen de recherches mensuelles). Les colonnes suivantes étant utiles uniquement pour la mise en place de campagne Adwords.

Ex : RP « centre de vacances » = 2400 recherches mensuelles

RP « cours de chant » = 2900 recherches mensuelles

2.Choisir ses requêtes secondaires

Importance du champ lexical

Depuis août 2013 et le nouvel algorithme Colibri (Hummingbird), Google ne se limite plus seulement aux stricts mots-clés du texte pour juger de sa qualité, mais il tient compte de tout l’univers sémantique autour du mot clé principal d’une page.

Colibri favorise ainsi les contenus riches sémantiquement : l’analyse de la page par le robot s’étend au champ lexical et à la notion de concept. Cela signifie qu’une page rédigée avec un contenu intégrant des mots-clés secondaires (requêtes secondaires), des synonymes, des expressions connexes sera favorisée (à toutes choses égales concernant les optimisations techniques et les liens).

Pour aller vers cette largeur de lexique, vous avez donc tout intérêt à ajouter à vos rédactions un vrai corpus lexical.

Comment faire pour élargir son champ lexical ?

A partir de votre RP, vous devez trouver 4 à 5 RS. Une RS est une autre façon de dire la même chose que la RP ou un mot connexe.

Nb : Les mots de la RS doivent être différents de la RP et idéalement les RS n’ont aucun mot commun. Et attention au concept de densité de mots clés !

Ex 1 : RP = « cours de chant »

RS = « école de musique », « techniques vocales » (et non pas « techniques de chant » qui reprend le mot « chant » déjà dans la RP),…

Ex 2 : RP = « gîte de groupe »

RS = « hébergement collectif », « location grande capacité », « réserver une maison pour 15 personnes », « grande réservation pour vacances entre amis »,…

Des astuces ? Un cerveau prêt à chauffer (désolé, nous n’avons pas de liens à vous proposer !), un dictionnaire des synonymes en ligne (celui proposé par l’Université de Caen est une bonne base de travail) et Google.

En tapant votre RP dans le moteur de recherche vous obtiendrez des pages de résultats avec des sites utilisant des expressions connexes ou proches. S’inspirer de ce que font les autres peut être un moyen d’avancer (en voyant ce qui se fait de bien ou de moins bien !).

choisir des mots-clé pour le seo et la rédaction web

Histoire d’être puriste et seo à 100%

Le singulier et le pluriel

Si vous avez choisi une RP au singulier : alors vous ne mettrez pas la RP au pluriel sur la même page.

 Ex : RP =  « bracelet d’identification »

Ce qui est différent de « bracelets d’identification » qui correspond à une autre RP. Idéalement, vous ferez une page pour chaque RP selon qu’elle soit au singulier et au pluriel. On parle bien sûr du cas où vous souhaitez vous positionner sur ces 2 requêtes. Depuis la mise à jour Fred en avril 2017 il convient d'être plus prudent et penser à structurer ses contenus avec en tête la nécessité d'écrire ses contenus avec un langage naturel, c'est à dire sans lourdeurs générées par des répétitions par exemple, aussi bien au niveau des titres que des paragraphes d'une part. D'autre part la notion de champ lexical est de plus en plus importante, il vous faudra donc utiliser à bon escient le maximum de vocabulaire. Google sait de mieux en mieux gérer les synonymes et chants lexicaux associés à une requête : il sait donc très bien gérer pluriel et singulier et fera toujours remonter les pages qui sont les plus riches et qui reçoivent le plus de liens naturels.

Sinon pour vous simplifier la tâche vous prenez simplement la RP la plus cherchée par les internautes et vous faites une seule page.

Les lettres accentuées

Si vous souhaitez être présent sur les deux orthographes : l’orthographe sans accent et celle avec les accents il vous faudrait en théorie là encore 2 pages. Mais Colibri et Fred sont passés par là et savent que "bebe" et "bébé" ont le même sens et ont le même champ lexical...

Ex : Une page optimisée pour « bébé » et une autre page optimisée pour « bebe ». Après tout est question de bon sens…et de français. Allez-vous vraiment faire toute une page avec le mot « bebe » ?

Les majuscules et les minuscules

Pas de difficulté ici, il n’y a pas de différence que votre mot soit orthographié avec des majuscules ou des minuscules. Par contre n'écrivez jamais votre title de pages, les titres et les paragraphes de textes en majuscule directement, cela aura un impact négatif sur la lisibilité mais aussi sur le SEO : regardez les pages de résultats de recherche, avez-vous déjà vu un title de page en majuscule remonter ?

3.Structurer son contenu

Comme pour tout article rédigé, la page présentant votre sujet doit être structurée.

Pour les internautes c’est un confort de lecture évident et cela permet également au moteur de Google de saisir les informations primordiales. Rappelons que le Googlebot (robot de Google) s’intéresse uniquement au contenu textuel d’une page pour en comprendre son sens et qu’il accorde plus de poids à certaines zones de ce contenu éditorial.

Ces zones dans lesquelles les mots-clés ont plus de poids, sont nommées « zones chaudes » et représentent un critère important de l’algorithme de classement.

Pour être bien placé dans Google sur les mots-clés définis il vous faut donc placer votre RP dans ces zones : balise title et h1 prioritairement.

4.Le H1

La balise H1 correspond au titre éditorial de la page. Il fait partie des « zones chaudes » dans lesquelles placer sa RP.

A la lecture de ce titre (titre principal – titre de niveau 1) on doit pouvoir identifier le sujet de la page. Il faut donc un H1 qui soit le plus descriptif possible.

Comment le rédiger ?

Google accorde davantage de poids aux mots placés en début du H1. La RP doit donc se situer au tout début du titre qui sera au global composé de 5 à 7 mots environ.

Ex : RP  = « cours de chant »

H1 = Cours de chant : une école de musique pour tous

Remarque sur la formulation des titres : avec Colibri il y a eu un effet de « mode » pour rédiger les titres principaux sous forme de question (ex : comment bien rédiger pour le web ? comment trouver un gîte rural pour vos vacances ? où trouver des cours de chant ? pourquoi choisir nos colonies de vacances ?).

C’est une technique finalement déconseillée par Olivier Andrieu : avec la tendance de Google à vouloir garder les internautes sur ses pages de résultats en apportant directement dans les SERP toutes les réponses aux requêtes des internautes, mettre des intitulés sous forme interrogative présente un risque de scraping (Google récupère le texte de votre page et l’affiche dans les SERP avec la question et la réponse).

Conséquence : les internautes n’ont plus besoin de cliquer sur votre page pour trouver l’information et vous perdez donc tout ce trafic potentiel. Bien évidemment cela est valable pour une question simple ex "comment cuire des oeufs à la coque ?" mais ce n'est pas valable pour une requête telle que "Comment bien référencer son site Internet" car la réponse n'est pas si simple...

La formulation en questions et en définitions a aussi un intérêt : récupérer d'éventuelles positions "zéro" qui peuvent générer plus de 50% de clic dans la page de résultats :

position zéro dans Google

 5.Le H2

La balise H2 correspond au titre de niveau 2.

Conseil d'Olivier Andrieu : mettre la balise H2 sur le chapô de la page. Le H2 contient alors 2 à 3 phrases (soit 200 à 300 caractères) dans lesquelles apparait une fois la RP.

Ex : RP  = « cours de chant »

H2 = Besoin de perfectionner votre technique vocale ? Nos professeurs vous proposent des cours de chant pour particulier, enfant ou adulte, au sein de l’école de musique ou à domicile. Les techniques de chant n’auront plus de secret pour vous.

Remarque : Si le H est sur un paragraphe on ne le fait qu’une fois par page et avec 200 caractères environ.

Sinon, utilisez votre H2 (ou vos différents H2) pour placer à chaque fois un mot clé secondaire dedans, ou une variation de votre mot clé principal (singulier/pluriel par exemple).

Risques et inconvénients de cette approche selon Jean-Christophe d'Optimiz.me :

  • Le chapeau faisant suite au titre H1, il n'apparaît pas de texte entre ce deux titres ce qui n'est pas cohérent d'avec les pratiques éditoriales (regardez la une d'un journal) et d'avec les problématiques de l'accessibilité numérique ;
  • Google c'est bien, mais penser aux autres moteurs de recherche c'est mieux, Bing notamment est sensible au titre H1 et au premier paragraphe de texte suivant le titre H1... C'est dans cette "boite" qu'il va puiser la thématique de la page. Si vous utilisez cette technique vous serez tout aussi bien positionné dans Google...
  • Cette pratique n'est pas à l'abri d'être considérée comme étant une pratique de sur-optimisation. Imaginez que vous avez un blog avec 500 pages, il vous faudra rééditer chaque article manuellement pour supprimer ce H2 dans le cas où vous n'avez pas de champ de texte "chapeau" ou "résumé"....

En matière de SEO il n'y a pas de vérité, vous pouvez utiliser plusieurs approches pour le même résultat ! Le référencement naturel n'est pas une science exacte.

 6.Les intertitres : h3 et h6

Le reste de la structuration du texte se fait avec les niveaux H3 jusqu’à H6.

Vous pouvez alors mettre la RP une fois dans un H3 puis intégrer une ou plusieurs RS dans ces niveaux de titre.

Ex : RP  = « cours de chant »

H3 = Une école de musique centenaire

H3 = Des cours de chant pour enfants handicapés

H3 = Une nouvelle approche de la musique

Remarque :

Il est intéressant de mettre les intertitres en H3 et le fil d’Ariane en H6 (le fil d’Ariane contient toujours plein de mots-clés donc c’est intéressant de mettre un H dessus).

A retenir : les H doivent être sur des zones qui contiennent des mots-clés.  Il ne faut pas les mettre dans les header, les colonnes de navigation, les menus, le footer. Les H ne se placent pas dans les parties qui sont identiques sur toutes les pages d’un site (pas sur la zone dite de « l’arche »).

7.Le volume de texte

La partie éditoriale d’une page (c’est-à-dire le contenu textuel hors « arche ») doit être composée de 300 mots minimum, sauf pour des pages produits sur un site e-commerce où arriver à 150/200 mots est déjà un exploit. Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, on constate que des contenus à plus de 500 mots se positionnent beaucoup plus facilement.

Combien de mots rédiger : notre astuce

Votre expression est "bien rédiger pour le web" ? Tapez l'expression, prenez les 3 premiers (hors sites GAFAM, CDiscount, Fnac, IKEA, Wikipédia, Doctissimo...) copiez les textes de la zone éditoriale, collez les dans un compteur de mots ou dans une page vierge de Word, faite la moyenne, ajoutez 10% et vous saurez combien il faudra rédiger de textes. Si sur cette expression la moyenne des 3 meilleurs est de 600 mots, il vous faudra alors rédiger 660 mots, si la moyenne est à 200 mots, 220 ou 250 mots seront suffisants...

8.La densité et les mots en gras

Dans le texte, Olivier Andrieu conseille l'utilisation suivante pour les mots en gras : mettre en gras (balise strong) la RP dans une proportion d’une fois tous les 100 mots.

Donc si vous vous demandez "mon mot clé principal je le mets combien de fois dans mon texte ? ", la réponse est : environ 1 fois tous les 100 mots.

Vous avez ainsi une bonne densité du mot clé principal.

Ex : Si vous avez rédigé 400 mots vous mettrez 4 fois la RP et en gras (4 occurrences). Si vous avez 200 mots vous aurez alors 2 occurrences, etc etc.

Nb : Vous pouvez également mettre en gras quelques RS.

9.Les liens

Les liens sont primordiaux dans une page : autant les liens externes (vers des pages d’autres sites) que des liens internes (vers d’autres pages de votre site).

Recommandation : 1 lien externe pour 2 liens internes.

Nb : Pensez à vérifier que le texte cliquable (l’ancre du lien) est un texte d’ancre optimisé (mais pas sur optimisé).

Pour les liens externes, vous pouvez faire en sorte qu’ils s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre (même si cela va à l’encontre des préconisations du W3C – mais pour une fois !). En effet, vous préférez que les visiteurs restent sur notre site ou au moins qu’ils puissent y revenir facilement.

 10.Bonus : le mot rare

Un mot rare (ou requête rare) correspond à un mot pour lequel Google va afficher moins de 100 000 résultats dans ses SERP.

Le petit + : si vous arrivez à mettre ce mot rare dans une page c’est un vrai plus qui plait beaucoup à Google.

Enfin, bien sûr, pensez à mettre régulièrement à jour votre contenu : Google aime le frais !

Articles similaires

coupe
+150 positions de N°1 sur Google en 6 mois
Les 5 techniques SEO qui ont marché
Voir l'étude
2 jours pour devenir Growth hacker
Prochaine session 26/10/2017 à Lyon